Collectif Lormont

28 mars 2009

24.03.09 - Vidéos de "La Nuit Des Ecoles"

VIDEO FRANCE 3


25.03.09 - France 3 - La Nuit Des Ecoles
envoyé par CollectifLormont

VIDEO TV7


25.03.09 - TV7 - La nuit des écoles
envoyé par CollectifLormont

Posté par collectiflormont à 20:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 mars 2009

24.03.09 - La Nuit Des Ecoles

24

Posté par collectiflormont à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mars 2009

Article SudOuest du 17.03.09 - Blocage à Jean Rostand

UNE HEURE AVEC... Les parents d'élèves de l'école Jean-Rostand en étaient hier à leur troisième action

« C'est incohérent »

cd8e5ad8f6

« C'est pour son avenir », dit la maman manifestante de Luther. (PHOTO D. A.)

Les gilets jaunes ont encore frappé. Ce pourrait être le titre d'une série que des parents d'élèves lormontais ont commencé à interpréter en novembre dernier. Ils avaient trouvé leur inspiration dans les propos tenus par Xavier Darcos, le ministre de l'Éducation nationale, reçus à l'époque comme « des menaces sur la qualité du service public de l'enseignement ». Les parents lormontais réagissaient sans plus attendre en s'engageant dans une ronde de manifestation, partie de l'école Paul-Fort. Avec ce gilet de sécurité comme signe distinctif.

Hier, le jour était à peine levé que les premières chasubles aux bandes fluorescentes se massaient à l'entrée de l'école élémentaire Jean-Rostand. « On se battra jusqu'au bout pour préserver ce poste que l'Académie veut nous enlever », expliquait une maman annonçant « l'occupation de l'établissement pendant toute la journée ».

Du barouf dans les couloirs

Les manifestants se justifient. « Actuellement, il y a neuf classes pour 180 élèves, soit un pour 20. Si l'administration supprime un poste ce sera une classe pour 22,5 élèves, peut-être 24, en tout cas moins que le seuil maximal des 25 ». Plus les minutes passent et plus le cordon jaune, mêlé d'orange, s'épaissit à l'entrée de l'école. L'heure de la rentrée étant passé, le mouvement d'occupation est décrété.

Il exprime une hostilité « aux logiques comptables de l'administrations ». « On dirait qu'il n'y a plus que ça qui compte », s'insurge Jocelyne. Elle poursuit : « La suppression d'un poste revient à casser tout le travail qui est fait. Ici, les enfants ont plus besoin que d'autres d'être encadrés du fait des difficultés sociales et économiques des familles, il y a aussi des familles d'origine étrangère avec des problèmes de langue ». « Si l'école a le label "Ambition réussite" c'est pas pour faire joli », abonde une des manifestantes.

Les explications cessent subitement, le mot d'ordre étant lancé : « Allez, on y va, prenez quelque chose pour faire du bruit et on passe dans les couloirs ». Le commando n'a rien de terrifiant, avec ces instruments de musique que les mamans ont peut-être pioché parmi les jouets de leurs enfants.

Ségolène du Rased

Alors que les enseignants et les élèves sont restés sagement dans les classes, l'heure est au repli à l'extérieur de l'établissement. « C'est son avenir qui se joue en ce moment », insitela maman de Luther, 18 mois, un petit garçon dont le frère, Altaaf, 4 ans, et la soeur, Clothylde, sont scolarisés à l'école Condorcet. À Lormont, la ville d'où est parti le mouvement de contestation, les parents se sont constitués en collectif. Qu'ils soient directement concernés par des mesures ou pas, cela permet de mobiliser pour des actions comme celle d'hier, voire celle du 19 janvier au cours de laquelle ils avaient « bloqué l'inspecteur », le jour des évaluations des CM2. « Le problème, c'est que l'on ne peut pas parler avec les responsables », s'agace une jeune maman. Le dialogue n'est pas rompu puisqu'il n'y en a jamais eu. »

Entre deux offensives, ces mères évoquent, à travers des situations personnelles, tout le bien qu'elles pensent des dispositifs actuels, à préserver. Le prénom de « Ségolène » revient souvent pour vanter le travail de cette enseignante du Réseau d'aides spécialisées aux enfants en difficulté (Rased). Evelyne, qui est venue avec sa petite dernière, Andréa, 8 mois, raconte : « Ma fille avait des difficultés pour lire quand elle est passée cette année en CE1 et je vois déjà l'évolution. Le Rased fait un suivi personnel, quelque chose que la maîtresse n'a pas le temps de faire. »

« Oui, mais le rôle de l'instituteur est fondamental, rebondit Séverine. Il s'occupera forcément moins bien de 24 élèves que de 20, surtout s'il y a des écarts de niveau ». Cette maman sait de quoi elle parle : « La maîtresse de CM1 a découvert l'an passé que ma fille faisait de la dysorthographie, des difficultés à écrire alors qu'elle était parfaite à l'orale. Son orthophoniste m'a dit qu'elle avait beaucoup d'enfants chez qui on découvrait ce genre de problème seulement à l'entrée en 6e. »

La journée continuera de se dérouler selon un scénario bien réglé. La relève est assurée parmi les manifestants, les occupants qui ont en tête leur prochain rendez-vous. Il s'agit de la Nuit des écoles qui verra les parents d'élèves de Lormont, de la rive droite et de la Gironde, en général, converger vers Bordeaux pour une manifestation aux flambeaux.

Auteur : Dominique andrieux

Posté par collectiflormont à 16:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 mars 2009

Article SudOuest - Lycée Elie Faure - Le combat pour un label

LORMONT, LYCÉE ÉLIE-FAURE. Enseignants, parents, élus participaient à l'occupation nocturne de l'établissement, jeudi 12/03/09. Le point de départ pour demander le label Site d'excellence

002316d718

Une petite pause au cours de l'occupation nocturne. (photo d. a.)

«Nous restons mobilisés pour les 4,5 postes que l'on nous a supprimés », « Zone d'éducation abandonnée », les personnels d'éducation et d'encadrement sont passés une nouvelle fois à l'action jeudi soir en se livrant à une occupation nocturne de l'établissement. Tente, sacs de couchage, polochon, la scène de l'Agora avait des allures de camping mais ce n'était qu'un trait d'humour dans un contexte que tout le monde, parmi les 200 personnes présentes, juge « grave », « préjudiciable aux élèves et à leur avenir ».

« La nuit » a pris la forme d'un échange entre enseignants de la zone de recrutement du lycée, parents, élèves et élus. Elle marque une évolution. Après les réactions aux suppressions de postes, la volonté est désormais de passer à une action visant à « obtenir de l'administration le label site d'excellence au moins pour le lycée classique ».

Des arguments 

Il s'agit en substance d'un dispositif par lequel l'Éducation nationale apporte des moyens, ainsi que cela a été le cas pour une trentaine d'établissements.

Pour Jean Touzeau, le maire lormontais, « c'est une question de logique, de simple bon sens » dans la mesure où les deux collèges lormontais (Georges-Lapierre et Michel-Montaigne) sont dans le réseau Ambition réussite. Une vision partagée par les élus dont la députée Conchita Lacuey et la sénatrice Françoise Cartron, convaincus qu'« il faut mener bataille en ce sens », même si le courrier que Conchita Lacuey a adressé à l'administration « est resté lettre morte ».

La quête du label va au-delà d'un simple alignement avec les collèges. Émilie Montalétang a détaillé des arguments objectifs reposant sur le caractère « innovant », « ouvert », « dynamique » d'un lycée impliqué dans le suivi et l'accompagnement plus particulièrement « des élèves qui décrochent ».

Ce rayonnement s'exprime par des résultats, « inférieurs à la moyenne de l'Académie pour les bacs, supérieurs en BTS », l'intégration de cinq élèves issus de la Zone d'éducation prioritaire (ZEP) dans le projet sciences politiques, des moyens matériels avec la salle média langues, une branche recherche, deux classes sport (rugby et judo), etc.

Des projets aussi, à l'image de celui - concrétisé - concernant la santé (prévention contre le sida, droit des femmes), ou autour de la bande dessinée. L'ouverture de l'option latin est acquise pour la rentrée prochaine et une préparation aux concours des métiers paramédicaux est espérée.

Ce dynamisme est incarné également par l'ambition de faire d'Élie-Faure un éco-lycée collant ainsi à la préoccupation du développement durable.

Une question d'image 

Quand Jean Touzeau, un rien chauvin, dit que « ce lycée a tout fait avant tous les autres » d'autres voix se sont élevées pour regretter qu'il ne l'ait pas fait savoir. « Regardez le site Internet de l'établissement », entendait-on. « Je peux vous dire que l'image n'a pas atteint les parents », témoignait un enseignant du collège de Saint-Loubès expliquant que ces mêmes parents découvrent subi- tement des dispositions linguistiques chez leurs enfants dès lors qu'il s'agit d'entrer en seconde...

« Le bac général est la première pollution », constatait Josette Bellocq en s'appuyant sur son expérience d'ancienne proviseur. Une réaction à la recherche systématique de l'élite qu'elle aimerait voir pondérer par « un acte d'orientation mettant chaque élève à sa place ». Question : « Les professeurs principaux sont ils investis dans cette capacité d'aider à orienter l'élève. »

D'autres enseignants retraités ou pas témoignèrent alors sur l'époque où ils s'impliquaient dans les conseils de classes d'un établissement à un autre, des réunions par discipline d'enseignement, croisaient des avis sur des dossiers d'élèves extérieurs à leur établissement référent.

Ces idées ont abouti aussitôt par la constitution de duos parents enseignants et cela a facilité la détermination d'une date (samedi 4 avril) pour que ces personnes puissent traviller ensemble sur le dossier de demande du label, site d'excellence.

Auteur : dominique andrieux 

Posté par collectiflormont à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



12 mars 2009

Lundi 16.03.09 - Blocage de Jean Rostand

Tract_Blocage_Rostand

VENEZ NOMBREUX !!!!

Posté par collectiflormont à 22:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Mardi 10.03.09 - Tract distribué par Jean Rostand

10

Posté par collectiflormont à 21:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 février 2009

La Nuit des écoles à Jean Rostand

Article Sud Ouest : http://www.sudouest.com/gironde/actualite/rive-droite/article/504651/mil/4181589.html

LORMONT, JEAN-ROSTAND. Trois écoles de Lormont-Génicart organisaient vendredi soir une soirée information

Soirée dînatoire entre enseignants et parents

8478256

Enseignants et parents réunis autour d'un repas animé par des discussions d'actualités. (PHOTO C. C.)

« Cette soirée est l'occasion pour nous, enseignants, de rencontrer les parents mais de façon informelle », dit Mme Cartron, la directrice de l'école Jean-Rostand.

La Nuit des écoles est en effet une soirée d'information, placée sous le signe de la convivialité et de la citoyenneté, durant laquelle enseignants et parents se retrouvent devant un repas, et discutent des problèmes auxquels les enseignants sont confrontés aujourd'hui, à savoir la fermeture de classes, la suppression de postes...

Des parents mobilisés

Venus en nombre après leur journée de travail, les parents se sentent de plus en plus concernés ; il y a une forte mobilisation de leur part, et cela apporte un impact plus fort à nos manifestations.

Ce sont d'ailleurs les parents qui font le lien entre les écoles du quartier, réunies ce soir.

Certains avaient même pensé à inviter la télé locale « TB33 » dont les émissions sont diffusées sur Internet depuis un peu plus de vingt et un mois.

Un sentiment de mépris

Une enseignante de l'école Eugène-Leroy explique que l'école maternelle, et particulièrement la toute petite section, est le premier lien de socialisation pour les enfants.

Certains y apprennent la langue française.

Et ce sont ces mêmes parents d'enfants qui seraient obligés de garder leurs progénitures chez eux s'ils ne pouvaient pas les mettre à l'école, car ils n'ont pas les moyens de les mettre en crèche ou en garderie.

Alors la suppression de classes serait une catastrophe sociale dont les principales victimes seraient nos propres enfants.

Auteur : Catherine Coste

Posté par collectiflormont à 08:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 février 2009

Attachons Nous à Notre Ecole + La Nuit des Ecoles


Attachons nous à nos école
envoyé par -tb33

Posté par collectiflormont à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 février 2009

06.02.09 - Attachons Nous a Notre Ecole

S7300868

Ce matin les parents des écoles maternelles (Rosa Bonheur, Eugene Leroy, Jean Lurçat), sont venus rejoindre les parents de la maternelle Condorcet pour l’action « attachons nous à notre école ». Il y avait même quelques parents des écoles élémentaires qui sont venus nous soutenir. (Jean Rostand et Condorcet Elémentaire), ainsi qu’un Papa venu de Carbon Blanc. (Merci à Laurent Perez).

Nous sommes restés 30 mn attachés à l’école maternelle et ensuite on a vu un café tous ensemble et on a parlé de la difficulté de mobiliser les parents ainsi de tout ce qui préoccupe les parents d’élèves.

Bravo et Merci à tous ce qui se sont mobilisés aujourd’hui !!!!!

Posté par collectiflormont à 15:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]



Fin »